Traces de l’éphémère

206

Par-dessus tout, j’aurai vécu…

Je suis l’air qui se dissipe
Une flamme qui s’éteint
Et l’encre qui s’épuise.
Je ne suis point un phoenix,
Qui meurt pour renaître.
Je ne suis qu’un aigle qui périt
Qui n’a qu’aujourd’hui
Pour explorer les hauteurs
Et signer la différence…


Anny-Princia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *