Le peintre

341

L’artiste nous soustrait aux affres de la banalité. Son oeuvre est immortelle et intemporelle.

Tu peins le firmament sur nos gorges,
Flattes avec ton pinceau
Et exposes tout ce dont ton être regorge.
Tu es comme ma plume, en Picasso.
Tu captures le son d’une symphonie,
Nous montres ceux qui sont dans l’au-delà,
Revenant pour nous tenir compagnie.
Tu retiens le soleil… et sur ta toile, le revoilà.
Tu ornes nos murs de cieux,
Dessines nos formes
Avec toutes les eaux qui déferlent de nos reins à nos cuisses en fines vergetures.
Ton génie transcende l’âme,
Sans laisser la mienne intacte,
Tu parles sans mouvoir les lèvres,
Et chaque cœur comprend ton langage.
Ton génie… ravit en tout temps,
Tel un met délicieux
Qui régale nos papilles.

Anny-Princia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *