Encres noires

177

Quand un stylo et des mots épurent l’âme

Quand le rêve devient une énigme
Que la salle s’assombrit
Et qu’on ne sait plus où poser le prochain pas.
Quand nos yeux tourbillonnent,
Manquant à chaque fois la sortie
Et que nos doigts errent dans le vide.

Quand l’envie d’avancer devient un supplice,
Que la tension se fait lourde
Et que l’esprit, en notre for intérieur, flanche.
Quand notre corps ne nous porte plus
Et sombre dans la dépression,
Quand l’amertume devient routine
Et qu’aucun parfum, d’aucune fleur
Ne ravit notre cœur.

Quand l’aube semble incertaine,
Et le lendemain méfiant,
Quand l’air nous fait suffoquer
Et nous crache la mort au visage;
L’écriture devient une cure
Et une amie à plein temps.
Prête à recueillir cette peine
Et à désintoxiquer une âme en feu.

Anny-Princia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *