Terre

285

Et si mes vers s’éparpillent quand je parle d’elle, ce n’est que l’espoir qui guide ma plume dans cette quête de délices baignant dans un cocktail amer.

Terre d’origine… Terre d’ocytocine
Mille et un chants surplombent mes collines. 
À tout instant. À toute tâche. 
Mille et une danses célèbrent la vie. 
Mille et une batailles racontent mon histoire. 
Une seule résilience perdure 
Sous les cœurs brisés et le sang répandu. 
Un sourire, toujours prêt au-delà des joies fugaces.
Terre mère… Terre amère.

Terre fertile… Terre d’exil
Lugubres airs de mélancolie se lancent à l’ère de la colonisation
Coups de cravache contre des dos 
Mendiant le pain sur leurs propres terres,
Têtes et cœurs tranchés 
Pour justifier la suprématie d’un nez sur l’autre
Terre meurtrie… Terre de survie.

Terre privée… Terre publique
Mélange hétérogène de pouvoirs et conflits, 
Peines subites et velléités accrues
Sont à la cime de mes droits bafoués ;
Tout bas, tout seul
Je m’envole au petit matin cueillir la mort
à l’abattoir des innocents
Terre de naufrage… Terre de victoire.

Terre d’accueil… Terre d’adieux
Je compte les vertus de mes aïeux 
Je les scinde en deux, 
Je les sonde en maître,
Un bout de piédestal m’assure l’appui
Sur le cou d’un peuple écroué,
Un bout de chaînes m’élève 
Au sommet de la misère,
Un bout de papier
Me maintient sous les affres de la servitude
Terre orpheline… Terre naissante.

Terre ouvrière… terre nourricière
Assagie par mes épreuves et mes échecs 
Je me hisse au rang des nations 
Tantôt je triomphe… tantôt j’agonise.
Mon rire éclora des ténèbres 
Il déboulera toujours en trombe
Aux portes de mes ambitions
Terre endolorie… Terre fleurie.

Dushime

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *