L’érythrine

680

“Donne-leur le repos éternel, et que la lumière éternelle les illumine”. Requiem pour une âme chère, partie avant l’heure.

Par un glacial matin de Février, je planterai sur le foyer familial, une Érythrine.

Les froides larmes du ciel viendront l’arroser
Le soleil l’enveloppera dans ses tendres rayons dorés.

Tels des bras suppliants,
Ses longues branches s’en iront toucher le ciel
Et à l’image du Protecteur,
Ses racines enlaceront chaudement la bien-aimée.

Au soir de l’existence
Comme une flamme qui reprend vie,
Son écarlate floraison illuminera les ténèbres
Couvant dans la quiétude de la Nuit,
La douce Espérance des ultimes retrouvailles.

Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *